Retrait licence d’utilisation de cyanure dans l’exploitation artisanale de l’or

Envoyer Imprimer PDF

 

Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre des Mines et de l’industrie

 

Nous vous prions de bien vouloir prendre les dispositions nécessaires pour le retrait pur et simple des autorisations d’utilisation de cyanure par les orpailleurs à cause des conséquences dramatiques. Le Réseau des Organisation Pour la Transparence et l’Analyse Budgétaire (ROTAB) a eu à effectuer en juin 2011 une visite sur les sites d’exploitations artisanales de l’Or  en collaboration avec une équipe de Civil Society Legislative Advocacy Centre (CISLAC) et de Publish What You Pay (PWYP) Nigéria, deux organismes qui travaillent dans le champ des Industries Extractives en visite de travail du 12 au 15 juin 2011 dans notre Pays. A la suite de cette visite sur les sites, notre équipe a eu à constater l’utilisation incontrôlée du cyanure.

Ce qui a un impact environnemental et humain considérable, causant ainsi à moyens et à longs termes  plusieurs pertes en vies humaines parmi les travailleurs sur les sites et les populations.

 

Fort de ce constat, le ROTAB avait entrepris plusieurs actions de plaidoyers médiatiques (publication dans le bulletin, point de presse, communiqué de presse, …etc.) pour amener les autorités nigériennes à prendre les mesures qui s’imposent pour interdire l’utilisation du cyanure sur les sites d’exploitation de l’Or. Cependant, rien n’a encore été entrepris au niveau du gouvernement pour agir dans ce cens, c’est pourquoi le ROTAB fidèle à sa mission a-t-il décidé de vous écrire pour  demander une fois de plus au gouvernement de saisir la dimension de la question et de prendre des mesures urgentes pour protéger les populations riveraines des sites en interdisant totalement l’utilisation du cyanure à quelque niveau que ce soit dans l’exploitation de l’Or au vu de ses conséquences néfastes sur l’environnement et les populations.

 

Dans l’espoir d’une suite favorable, veuillez agréer, Monsieur le Ministre d’Etat, l’expression de ma plus haute considération.